Le compostage domestique, 5 conseils pour un bon compost

10 Sep 2013 par

Le compostage domestique, 5 conseils pour un bon compost

Pourquoi et comment composter les déchêts ?

A notre niveau, vous vous en douterez, le jardinage est un acte à la fois économique mais surtout écologique ! Cultiver sa propre production pour ne pas rentrer dans les travers de la production maraîchère de masse, ne pas alimenter bêtement nos ordures d’emballage divers, souvent en plastique non recyclable et surtout avoir à disposition permanente des produits de jardin *vraiment* bio (même si dans le jargon, nous parlons plus à ce stade d’agriculture « raisonnée »).

Si l’on veut pousser la logique jusqu’au bout, la question du compostage devient donc incontournable. Petit tour d’horizon des bonnes pratiques en vigueur pour booster vos tomates « au naturel »!

Pour la terminologie : Le compostage, c’est la mise en fermentation de déchets organiques (épluchures, restes alimentaires, reste de tonte de pelouses, …) pour en faire ensuite un engrais naturel, ou « Or noir du jardinier » – si toutefois Yann Guégan de Rue89 m’autorise la paraphrase – très utile pour les terres agricoles et pour nos potagers.

Comment fonctionne un composteur ?

Les déchets sont transformés par des micro-organismes, vers, lombrics, bactéries, … simplement grâce à la présence d’humidité, d’oxygène et surtout, de matière bio dégradables. Le compost ne se fait donc pas avec tous les déchets domestiques. Un premier tri s’impose.

Guide du compostage, nos 5 conseils pour faire un bon compost

1/ Un bon bac à compost tu te procureras !

Certains font des tas, la pluie accélérant le processus de décomposition du compost mais, ne nous voilons pas la face, tout le monde n’habite pas dans un coin reculé à plusieurs kilomètres de toute civilisation. Aussi, dans le but de respecter un minimum ses voisins mais surtout d’améliorer l’efficacité et le rendement de votre compostage, il vous faudra un bon bac à compost. Installé idéalement au soleil, vous devrez néanmoins en contrôler régulièrement le niveau d’humidité, laquelle reste nécessaire pour un rendu optimal.

Comment bien choisir son bac à compost ?

Idéal pour le compostage domestique, les composteurs sont de grandes boites, en plastique ou en bois, que vous pouvez ouvrir ou fermer fonction de l’état du compost. Notre préférence ira vers les composteurs en bois, plus esthétiques que le plastique. Ces bacs à compost auront l’avantage inégalable de mieux s’intégrer dans un jardin un tant soit peu décoratif.

2/ Tes déchets, avec soin, tu choisiras !

Que peut-on mettre dans un composteur ?

Épluchures de légumes ou de fruits, aliments abîmés, mouchoirs en papier, filtres en papier (de préférence les bruns, non chlorés) et marc de café, coquilles d’œuf (rincée !), journaux (éviter le papier glacé), sciure et cendres de bois, vieux bouquets de fleurs, gazon tondu, feuilles mortes… Tous ces déchets organiques peuvent servir à faire du compost.

L’on évitera donc en toute logique d’y ajouter : le plastique, le verre, le métal. On évitera également les déchets solides qui, même organiques, pourraient ralentir la décomposition : branches, coques de noix, …

En effet, la nature très solide de ces déchet rend leur décomposition beaucoup plus longue et le compost mettra beaucoup plus longtemps à arriver à maturité.

3/ Des vers, régulièrement tu ajouteras

On parle depuis tout à l’heure de « micro organismes » pour assurer la décomposition de vos déchets ! Il est un organisme qui apporte également un avantage considérable pour l’aération du compost, c’est le lombric, communément appelé vers de terre. En effet, ce petit invertébré, que vous rencontrez souvent dans votre potager lorsque vous en retournez la terre sera un allié de poids pour aider les micro organismes dans leur fonction de désagrégation. Faisant « son trou » dans le compost, comme il le ferait dans la terre, le lombric aérera le compost en assimilant lui aussi les nutriments qui lui sont nécessaire. Cela garantit dans l’ensemble une meilleure fermentation. Ainsi, si vous en croisez un, ne lui faites pas de mal et mettez le dans votre bac, il vous dira merci !

Comme déjà dit plus haut, le lombri-compostage, plus que tout autre, nécessite un taux d’humidité contrôlée pour être efficace et surtout, pour que les vers puissent survivre dans cet environnement chaud.

4/ Ton compost régulièrement tu remueras

Remuer régulièrement votre compost vous permettra d’en favoriser la fermentation et dans la plupart des cas, d’accélérer le processus de décomposition. Une fourche peut faire l’affaire, sinon vous pourrez vous procurer des accessoires spécifiques de compostage qui rendront plus facile (et moins physique) le mélange homogène du contenu de votre composteur.

5/ La nature, en toutes circonstances, tu préservera !

Le premier intérêt du compost est pour votre jardin. En effet, l’humus récupéré pourra vous servir d’engrais pour vos plantes car il favorise la fertilité. Il vous permettra donc d’économiser de l’eau et de l’argent car vous n’aurez pas besoin d’acheter des engrais industriels.

Le compostage, c’est aussi un geste en faveur de l’environnement. En effet, ce geste écologique vous permet de réduire vos déchets de 30%. C’est donc ça de moins qui sera transporté et incinéré. La préservation de l’environnement est aujourd’hui un enjeu important et en pratiquant le compostage, vous ferez un pas pour la sauvegarde de la planète.

Le compostage au jardin, rien de plus enfantin

Finalement, rien de plus simple que de faire du compost : mettez vos épluchures de côté lorsque vous préparer des légumes, allez les ajouter dans votre composteur, pensez à remuer le tas de temps en temps et laissez le temps, le soleil et l’humidité faire son travail ! En général, il faut entre 3 et 5 mois pour obtenir un humus idéal pour le jardin. Fiez vous à la couleur, laquelle, bien brune, doit vous garantir un compost de qualité et à maturité.

Pour en savoir plus

Pour approfondir la théorie et la pratique, de nombreuses ressources en ligne existent, je citerai notamment le site compostage.info et ce petit guide du compostage au format papier (même si plus spécifiquement dédié aux possesseurs de toilettes sèches) mais dont la lecture m’a déjà permis, à titre personnel, de multiplier mon rendement personnel, par les petits conseils que je vous ai évoqué ici.

Les plus puristes d’entre vous qui souhaiteraient approfondir le sujet peuvent également suivre des formations compostage, lesquelles, à notre grand plaisir, commencent à fleurir abondamment dans les sphères écologistes du web.

Et vous ? Avez vous des astuces pour faire du bon compost domestique ?

1 Commentaire
  1. Justine@Construction Maison

    Je suis justement en train de commencer mon propre compost à la maison au fond de mon jardin et je dois dire que votre article est plein de bonnes astuces et surtout de bonnes pratiques. Il me permet de voir les choses de manière plus claires et surtout de partir directement sur de bonnes bases, ce qui est important. Je pense que ça va m’éviter de faire certaines erreurs de débutante !

Laisser un commentaire