Préparer le sol de son potager : conseils pratiques

8 Fév 2021 par

Préparer le sol de son potager : conseils pratiques

Un bon jardin commence bien sûr par un bon sol – et c’est encore plus vrai lorsque l’on parle d’un potager. Maintenant que vous avez un peu de temps à consacrer à votre potager et que les beaux jours reviennent, voici quelques conseils pour en assurer la réussite.

Comment préparer votre jardin en fonction de votre type de sol

On ne prépare pas de la même façon un sol argileux, un sol sableux ou un sol riche. Découvrez ci-après les bons gestes et conseils en fonction de votre type de sol.

Si vous avez un sol riche et friable

Vous pouvez faire pousser certaines cultures dans l’argile et d’autres dans le sable. Mais la plupart des cultures poussent mieux dans un sol riche, friable et limoneux, grouillant de vie (vers de terre et microbes, par exemple). L’amendement du sol avec du compost et d’autres amendements tels que les feuilles déchiquetées est une façon de créer progressivement un sol productif.

Sol sableux ? Enrichissez votre sol avec du compost

Un sol sablonneux permet à l’air d’atteindre les racines des plantes. Le problème est que le sol se draine rapidement, perdant à la fois de l’humidité et des nutriments. Pour le reconstituer, ajoutez régulièrement du compost et des feuilles déchiquetées au fil du temps. Vous pouvez également ajouter de la mousse de tourbe.

Sol argileux : attention à la rétention d’humidité

Contrairement aux sols sableux, les sols argileux retiennent bien l’humidité – parfois trop bien. Les fines particules de sol se collent les unes aux autres, ce qui laisse peu de place pour le drainage ou pour que l’air puisse atteindre les racines des plantes. La solution consiste à décomposer le sol et à y ajouter avec le temps beaucoup de matières organiques telles que du compost, des feuilles déchiquetées, de la mousse de tourbe et du gypse.

Le labourage reste-t-il reste une étape essentielle ?

Le labour est un excellent moyen de fragmenter le sol et d’y incorporer des amendements, ainsi que de corriger les déséquilibres en nutriments ou en pH. Il est toutefois important de ne pas en faire trop. Si l’on laboure le même sol de manière répétée, on obtient une poussière fine et poudreuse qui s’assèche et se tasse comme du béton lorsque le temps sec suit la pluie.

Attention, le labourage tel qu’il était réalisé dans l’ancien temps n’a plus lieu d’être. Aujourd’hui, des méthodes techniques et des outils perfectionnés, telles les motobineuses électriques, sont d’excellents alliés pour travailler vos sols rapidement et facilement. Pour en savoir plus sur ces techniques, nous vous conseillons la lecture de ce site web.

Sol trop humide ? Essayez la technique de la double tranchée

Le double bêchage est une pratique ancienne pour améliorer le drainage et l’aération des sols pauvres. En gros, vous enlevez une rangée de terre sur une profondeur d’environ 30 centimètre, ce qui permet d’économiser la terre excavée sur une bâche. Ensuite, vous ameublissez le sous-sol dur (une couche de terre dense, généralement située sous la couche supérieure de la terre) dans cette tranchée à l’aide d’une bêche.

Une fois cette étape réalisée, vous passez à la rangée suivante en enlevant un pied de terre arable, en le déposant dans la tranchée voisine, puis en ameublissant le sous-sol à l’aide d’une bêche. Vous répétez ce processus jusqu’à ce que vous atteigniez l’extrémité du lit, où vous utilisez la terre réservée sur la bâche pour remblayer la tranchée finale.

Le double bêchage, aussi appelé double tranchée, peut nécessiter beaucoup de travail (et c’est le cas !) mais une fois qu’il est fait, vous n’aurez pas à le répéter. Et c’est une façon de rendre un lit plus hospitalier pour les cultures racines comme les carottes. Bien sûr, vous pouvez aussi chercher un sol sablonneux, très apprécié de ces légumes, ou bien construire un lit surélevé et éviter ainsi le problème. Mais ces travaux nécessitent généralement davantage de travail que la technique de la double tranchée.

Des jardins surélevés : quid de la faisabilité ?

Les potagers surélevés permettent de résoudre un certain nombre de problèmes, dont le dernier. Si vous avez un sol pauvre, vous pouvez éviter de le traiter entièrement en construisant des plates-bandes surélevées, puis en les remplissant avec un mélange de terre, de terreau et de compost.

Vos dépenses en matériaux peuvent être un bon compromis pour ce que vous économisez en main-d’œuvre. En outre, les plates-bandes surélevées se réchauffent plus rapidement au printemps, ce qui vous permet de planter plus tôt. Et ils ne sont pas envahis par le gazon en migration. Un inconvénient : les plates-bandes surélevées s’assèchent plus rapidement que le sol. A vous de faire le bon choix…

Laisser un commentaire