Comment réduire la facture d’entretien et d’aménagement de son jardin ?

14 Avr 2017 par

Comment réduire la facture d’entretien et d’aménagement de son jardin ?

Un beau jardin, c’est comme un mariage : beaucoup de travail et un investissement, mais le jeu en vaut la chandelle. Selon les cas, le budget oscille entre quelques centaines et plusieurs milliers d’euros par an pour l’entretien total d’un jardin, soit l’équivalent de la facture annuelle d’un consommateur chez EDF. Cela peut paraître énorme, mais il faut bien comprendre que les dépenses à accorder à vos plantes extérieures dépendent de multiples critères :

  • La taille du jardin,
  • Le type de plantes,
  • La fréquence d’entretien du terrain,
  • Le professionnel engagé
  • Etc.

 

Mais tout le monde n’a pas plusieurs centaines d’euros à dépenser pour assurer le bon état de son jardin et de ses plantes. Certains manquent simplement de temps. Cependant, le manque d’entretien risque rapidement de se remarquer : haies mal taillées, envahies par les ronces, fleurs mal arrosées et fanées, mauvaises herbes, potager laissé à l’abandon, pelouse jaunie aux allures de brousse… Votre jardin aura vite fait de rappeler un paysage désolé de film d’horreur…

Pour éviter d’en arriver là, sachez qu’il existe plusieurs techniques et astuces pour diminuer vos frais au maximum tout en maintenant votre extérieur en bon état. Comme par exemple :

  • Mettez vous au vert et faites une partie de l’entretien du jardin vous-même : libre à vous de tondre la pelouse et d’employer uniquement un jardinier pour débroussailler les haies ou abattre un arbre quand cela est nécessaire. De cette manière, si vous faites appel à un jardinier, sa prestation sera moins longue et donc moins coûteuse.
  • N’hésitez pas à mettre vos proches / voisins à contribution pour la mise en beauté de votre jardin et les récoltes: les enfants adorent. Pas question de les laisser toucher au sécateur, mais ils font d’excellents petits jardiniers quand il s’agit de planter des fleurs et cueillir des fruits.
  • Remplacez les pesticides (chers et très nocifs) par de l’eau de cuisson. C’est un désherbant naturel qui s’obtient (très) facilement. Une fois vos pâtes/riz/légumes cuits, gardez l’eau et versez-là sur les mauvaises herbes qui envahissent vos allées et massifs de fleurs. En quelques jours les mauvaises herbes ainsi traitées seront mortes ; vous n’aurez plus qu’à les ôter pour les mettre au compost.
  • En parlant de compost, c’est le moment de mettre la main à la pâte en produisant le vôtre ; à partir des végétaux broyés lors de la taille, vous pouvez produire paillage et compost. Cela permet d’une part de faire des économies et d’autre part, de donner une seconde vie à vos végétaux (en quelque sorte) en les recyclant.
  • Comparer les devis d’entretien de jardin : chaque jardinier propose ses propres tarifs. Il peut donc être malin de comparer différents devis et de profiter du plus attractif. Si votre jardin est vaste et vos besoins nombreux, n’hésitez pas à négocier les tarifs qui vous sont proposés !
  • Faites entretenir votre jardin régulièrement par petites touches : l’entretien régulier d’un jardin vous permet d’éviter que chaque passage d’un jardinier dure des heures et ne fasse un trou dans le budget.
  • Prendre un abonnement : devenir un client fidèle pour un professionnel unique vous permet de profiter de tarifs préférentiels. Un contrat d’entretien de jardin annuel vous permet souvent de profiter des meilleurs tarifs.
  • Faites appel aux ESAT (établissement et service d’aide par le travail) pour les plus gros travaux (tailles de haie, tontes, désherbage, etc). Les Établissements et Services d’Aide par le Travail (ESAT) sont des établissements médico-sociaux qui ont pour objectif l’insertion sociale et professionnelle des adultes handicapés. Le recours à ces structures professionnelles pour l’entretien de vos espaces verts vous permet de bénéficier d’une réduction d’impôt d’une valeur de 50 % du montant TTC des factures pour des travaux réalisés sur l’année

Dernier point important : gardez à l’esprit que votre jardin est vivant, et qu’à la longue, trop d’entretien risque de le rendre dépendant de votre action, et de vous coûter de plus en plus cher. Votre jardin n’est jamais inactif : c’est avant tout un écosystème qui s’équilibre à peu près tout seul. Respectez ses cycles et ceux des saisons est encore le meilleur moyen de l’entretenir à moindre frais. Dans la mesure du possible, évitez de désherber l’excès et de mettre la terre à nu ; cela risque de la rendre vulnérable et de perturber son équilibre écologique.

Laisser un commentaire