Compostage domestique : des points à connaître

27 Jan 2020 par

Compostage domestique : des points à connaître

Devant le grand tas d’ordures ménagères, vous devez sûrement vous demander s’il existe un moyen de le réduire ? Eh bien, oui ! Il y a ce qu’on appelle compostage. Ce système permet de diminuer grandement les déchets du foyer : vous jetez moins, vous êtes dans un système qui vous éduque à considérer certains objets comme réutilisables à des fins plus écologiques. Mais comment ? Sachez que près de 30 % de ce que nous appelons « ordures ménagères » sont en fait dégradables ! Ils serviront de base, ce processus naturel qui transforme ces ordures en engrais biologique, écologique et surtout gratuit.

Quel composteur choisir ?

Le choix du type de composteur va dépendre surtout de la taille de l’espace dont vous disposez. Il doit idéalement être placé dehors, donc si vous avez un grand espace, tant mieux : partez pour un tas de compost, ou un composteur de grand format.

Si l’espace est plus restreint, si vous n’avez pas une cour, mais juste une petite véranda. Il est préférable d’opter pour des bacs composteurs, ou lombricomposteurs, qui sont plus discrets, transportables, et plus hygiéniques.

Peu importe le type de composteur que vous choisissez, le principe sera le même. Veillez donc établir les critères qui vous importe le plus avant de vous en procurer un, comme le budget, la capacité du récipient, etc. Vous pourrez aussi vous en fabriquer un, ou demander à votre jardinier de le faire pour vous.

Comment trier les ordures ménagères ?

La réussite de votre compost sera assurée si vous le mélanger, l’aérez et l’humidifiez correctement.

Le mélange contribue à faire démarrer le processus de fermentation. Les deux premiers mois, vous devez le mélanger régulièrement, puis au fur et à mesure que vous ajoutez de nouveaux déchets, faites-le également. Vous devez également alterner les déchets secs et ceux humides. La hauteur de chaque couche ne doit pas dépasser 20 cm.

Aérez votre tas pour y apporter de l’oxygène, vital à la survie des micro-organismes qui vont s’occuper de transformer les déchets. Mieux le compost est oxygéné, plus rapide sera la décomposition des déchets. Le mélange précédemment recommandé permet une bonne aération de votre tas de déchets ; mais il faut aussi que vous ne le tassiez pas trop quand vous y posez de nouveaux déchets.

Enfin, l’humidification est toute aussi cruciale. Sans humidité, les responsables du processus meurent. Mais quand il y en a trop, la transformation s’arrête également. Pour savoir si le compost est humidifié correctement, prenez en une poignée et pressez-la : l’eau qui en découle doit former un petit filet. En cas de difficulté, n’hésitez pas à faire appel à un expert tel que ce jardinier dans le 09 pour vous aider dans la réalisation du compost. D’ailleurs, il peut aussi le fabriquer pour vous afin de vous faciliter la tâche.

Laisser un commentaire