Trois choses à savoir avant d’installer une ruche dans son jardin

22 Mai 2019 par

Trois choses à savoir avant d’installer une ruche dans son jardin

Avoir la possibilité de produire son propre miel est attrayant. Mais avant d’installer une ruche chez soi, il y a quelques notions à maitriser. En effet, l’apiculture est soumise à certaines règles pour le bien des producteurs, des abeilles et des consommateurs.

1. Il est important de se former à l’apiculture

L’apiculture est un vaste et passionnant domaine, toutefois à la portée de tous ceux qui s’y intéressent vraiment. En vous laissant séduire par l’idée d’avoir de belles fleurs dans votre jardin (de préférence des plantes mellifères comme le colza et une colonie d’abeilles qui fabriquera du miel pour vous, il est indispensable d’avoir les notions de base en apiculture. Des formations pour les non-initiés sont régulièrement organisées par le CIVAM apicole. Dans un premier temps, il va falloir également vous équiper du nécessaire à la pratique de cette activité : combinaison, gants, voile et chapeau. Au cours de ces ateliers, l’apprenti apiculteur acquiert des connaissances pratiques sur la gestion d’une ruche, les soins des abeilles, le développement des colonies… Au cours de ces sessions, on apprend aussi les règlementations relatives à la possession d’abeilles et la production de miel.

 

2. Les règlementations relatives à la présence de ruches

Vous savez certainement que les abeilles sont en voie de disparition. En ayant une ruche chez vous, vous pourrez très bien participer au maintien de l’espèce. Mais il faut le faire dans les règles de l’art. En effet, vos essaims pourraient aussi gêner le voisinage qui n’est pas forcément composé de passionnés comme vous. En France, la distance à respecter varie selon les départements. A titre d’exemple, la Haute-Loire exige que les ruches soient placées à 10 m d’une autre propriété, à 40 m d’une maison, à 100 m d’établissements publics (écoles, centre hospitalier), et à 20 m de la rue (40 m s’il s’agit d’une route nationale ou départementale). Ces distances sont définies par un arrêté préfectoral. Mais au niveau de la municipalité, un arrêté peut déterminer les règlementations concernant l’emplacement des ruches. Cette information est accessible à tous les résidents auprès de la mairie.

 

3. La déclaration des ruches

Tout possesseur de ruches doit obligatoirement déclarer leur existence auprès du ministère de l’Agriculture. Cette déclaration donne la localisation exacte des ruches. Pour le faire, il faut simplement compléter un formulaire accessible sur le site du ministère. La déclaration se fait également indépendamment de la taille de la colonie et de son logement (ruchettes ou vraies ruches). En tant que nouvel apiculteur, vous avez le droit d’effectuer la déclaration en dehors de la période réglementaire, c’est-à-dire du 1er janvier au 31 août. Toutefois, vous devriez refaire une déclaration quand viendra la période obligatoire qui va du 1er septembre au 31 décembre. Il faut également avoir une Assurances Responsabilité Civile. Si votre ville de résidence a un syndicat apicole, celui-ci pourra vous fournir des informations utiles. Le coût de cette déclaration dépendra du nombre de ruches. Pour la question pratique, il vaut mieux installer vos ruches dans un coin du jardin où vous ne passerez pas souvent.

Laisser un commentaire